Top 13 des outils d’ingénieur en fiabilité de site (SRE)

Le rôle et les responsabilités d’un ingénieur en fiabilité de site (SRE) peuvent varier en fonction de la taille de l’organisation, tout comme les outils d’ingénierie de fiabilité de site. Pour la plupart, un ingénieur en fiabilité de site se concentre sur plusieurs tâches et projets à la fois, de sorte que pour la plupart des SRE, les divers outils qu’ils utilisent reflètent leurs responsabilités en constante évolution. Un SRE typique est occupé à automatiser, nettoyer le code, mettre à niveau les serveurs et surveiller continuellement les tableaux de bord pour les performances, etc., de sorte qu’ils vont voir plus d’outils dans cette ceinture d’outils. Pour cette raison, les outils et les plates-formes qu’un SRE utilise peuvent varier considérablement d’une organisation à l’autre.

Par exemple, dans les petites organisations ou les startups, le personnel a tendance à être plus limité, de sorte qu’un ingénieur en fiabilité de site peut avoir besoin d’être bien versé dans plusieurs outils, tels que Golang, Terraform, Docker, CircleCI et Puppet, pour n’en nommer que quelques-uns. Dans les grandes organisations, un ingénieur en fiabilité de site peut être plus concentré ou cloisonné dans des responsabilités spécifiques, par conséquent, son ensemble d’outils peut être plus limité. Et dans certains cas, un SRE peut simplement être concentré ou chargé de travailler à Jenkins jour après jour. Cela dépend simplement de la situation. Examinons quelques-uns des outils d’ingénierie de fiabilité de site les plus courants et les plus populaires. Ce n’est évidemment pas une liste exhaustive, mais cela vous donne une idée générale de l’étendue des connaissances et de l’expérience qu’un SRE peut avoir besoin d’utiliser.

 

Langages de programmation

Les ingénieurs en fiabilité de site devront avoir de l’expérience avec divers langages de programmation, mais plus important encore, ils devront savoir comment utiliser ces langages pour automatiser toutes les tâches. Examinons certains des langages de programmation les plus courants qu’un groupe SRE rencontrera, comme Python, Golang et Ruby.

 

1. Python

Python est l’un des langages de programmation les plus courants et les plus populaires. Il s’agit d’un langage à usage général, ce qui signifie qu’il a un large éventail d’utilisations, telles que l’épine dorsale de sites Web ou d’applications Web, l’automatisation de tâches ou même le test. En fait, il est utilisé par des entreprises comme Netflix, Venmo et Dropbox, pour n’en nommer que quelques-unes. Python est facile à apprendre, il est donc bon pour quelqu’un qui débute, mais polyvalent et étendu pour les experts Python. Mieux encore, il est open-source et dispose d’une grande communauté de support derrière lui.

 

2. Golang

Golang, ou Go, est un langage de programmation open-source créé par Google en 2009 qui est utilisé pour créer des logiciels. Go, par rapport à d’autres langages, est facile à apprendre, surtout si vous connaissez déjà C ou Java, et peut également bien évoluer. Il est également extrêmement rapide car il s’agit d’un langage compilé, ce qui signifie que le code écrit est converti automatiquement en code machine immédiatement. Golang est également la puissance derrière d’autres services que les SRE utilisent, comme Docker, Terraform et Kubernetes. Comparé à Python, Go n’est pas aussi descriptif, donc dans certains cas, les programmeurs peuvent avoir besoin d’écrire plus de lignes de code pour exécuter une fonction spécifique par rapport à l’utilisation de Python.

 

3. Rubis

Ruby est un langage de programmation open-source côté serveur, comme les langages Python ou PERL. Ruby est un langage de programmation dynamique, il n’y a donc pas de règles strictes en matière de création de fonctionnalités et est principalement utilisé pour le développement d’applications Web. Bien que Ruby lui-même présente de grands avantages, lorsqu’il est combiné avec le framework Web Rails, il devient connu sous le nom de Ruby on Rails (RoR). D’autres langages de programmation tels que HTML (HyperText Markup Language), JavaScript et CSS (Cascading Style Sheets) (Cascading Style Sheets) n’incluent pas les aspects des services front-end et back-end, ce qui distingue Ruby on Rails des autres langages. En raison de la flexibilité de Ruby on Rails, il est utilisé dans une variété d’industries et d’organisations, comme Airbnb, Shopify, GitHub et Fiverr.

 

Conteneurs/microservices

La conteneurisation et les microservices sont rapidement devenus une technologie cruciale pour permettre aux organisations de développer et de publier plus rapidement des applications, ainsi que de les mettre à l’échelle dans différents environnements. Des plates-formes telles que Docker, Kubernetes et Nomad sont parmi les principales solutions pour prendre en charge les applications modernes dans les environnements cloud natifs en croissance constante.

 

4. Docker

Docker est une plate-forme de conteneurisation open source populaire qui permet aux utilisateurs d’empaqueter le code source de l’application et les packages de dépendance dans un seul conteneur, ou conteneur Docker. Docker, ainsi que d’autres solutions de conteneurisation, permet d’empaqueter et d’exécuter des applications dans une variété d’environnements, sans avoir à prendre en compte des facteurs tels que le système d’exploitation ou d’autres configurations système spécifiques. Grâce à cette flexibilité, les applications deviennent plus portables et peuvent fonctionner n’importe où sans se soucier des facteurs extérieurs. De plus, la technologie de conteneurisation se prête à CI/CD, permettant aux développeurs de mettre à jour en permanence le code et de déployer des applications plus rapidement et plus efficacement.

 

5. Kubernetes

Kubernetes est un système d’orchestration de conteneurs open source utilisé pour faciliter le déploiement, la mise à l’échelle et la gestion d’applications conteneurisées. Les environnements peuvent être complexes, composés de plusieurs plates-formes ou de plusieurs environnements cloud. Kubernetes est utilisé pour gérer tout cela pour vous. Bien que cela puisse sembler remarquablement familier à Docker, Kubernetes n’est pas un concurrent direct de Docker, car Kubernetes peut être utilisé en plus de la plate-forme Docker. Cependant, Docker dispose de sa propre solution d’orchestration, appelée Docker Swarm. Kubernetes est utilisé pour gérer de nombreux conteneurs en même temps, ce qui permet de mettre à niveau les applications sans interrompre le service aux utilisateurs et de surveiller l’intégrité globale des applications. Kubernetes peut également aider à l’équilibrage de charge, en s’assurant que les applications fonctionnent à grande échelle, ainsi qu’en fournissant une prise en charge de l’authentification et de la sécurité au niveau de l’infrastructure.

 

6. Nomade

Nomad est une autre plate-forme d’orchestration de conteneurs. La principale différence entre Nomad et Kubernetes est que Nomad est conçu pour le système d’exploitation Unix. D’autre part, Kubernetes est conçu pour les applications basées sur des conteneurs Linux. Comparé à Kubernetes, Nomad est beaucoup plus simple, en termes de nombre de services sur lequel il s’appuie. Kubernetes s’appuie sur une variété d’autres services pour fournir des fonctionnalités. Nomad n’a pas besoin ou ne dépend d’aucun service externe. Pour cette raison, Kubernetes peut être beaucoup plus gourmand en ressources, en termes d’installation et de configuration. Les entreprises connues pour utiliser ou avoir utilisé Nomad incluent Cloudflare, Pandora, Roblox et bien d’autres.

 

Gestion de la configuration

Les outils de gestion de la configuration permettent à un ingénieur de fiabilité de site de gérer, de suivre, de contrôler et, surtout, d’automatiser diverses tâches, telles que les mises à niveau et les correctifs logiciels, la sécurité, la gestion des utilisateurs et bien plus encore. Ces outils aident également les SRE à automatiser ces différentes tâches à grande échelle. Examinons certains des outils de configuration les plus courants, tels que Terraform, Ansible et Chef.

 

7. Terraforme

Terraform est un logiciel open source de HashiCorp qui est considéré comme une solution IaC, ou Infrastructure-as-code. Terraform, avec Ansible, dont nous parlerons plus en plus loin, sont deux des outils les plus utilisés pour un ingénieur de fiabilité de site et des équipes DevOps. Terraform est utilisé pour provisionner, gérer et orchestrer l’infrastructure, que cette infrastructure soit sur site, dans le cloud ou une combinaison des deux, comme dans un environnement hybride. L’utilisation d’une solution comme Terraform est plus efficace que d’essayer de provisionner et de gérer l’infrastructure, en particulier avec plusieurs fournisseurs. Dans le passé, ce processus aurait pris toute une équipe de personnes. Désormais, les développeurs et les SRE peuvent provisionner l’infrastructure à la demande. Avoir une plate-forme qui peut gérer tout cela en un seul endroit est également bénéfique pour la cohérence et la collaboration.

 

8. Ansible

Ansible, comme Terraform, est un outil de gestion de configuration open-source. Ils partagent beaucoup de similitudes et, dans certains cas, sont utilisés comme solutions complémentaires, mais il existe des différences clés entre les deux solutions. Par exemple, les instructions du playbook d’Ansible sont basées sur YAML, mais sont écrites en langage Python, qui assure l’extensibilité ainsi que la gestion d’un large éventail de rôles et de scripts. Terraform utilise son propre langage de configuration, appelé HCL.

Si nous creusons plus profondément entre les deux, Ansible est plus axé sur la mutabilité, qui est un concept que les développeurs connaissent bien. La mutabilité tourne autour de l’idée que quelque chose, dans ce cas une ressource, peut être modifié. Pour modifier une ressource, vous pouvez la modifier (mutable) ou la recréer complètement (immuable). Ansible concentre la mutabilité, ou tente de changer l’état d’une ressource plutôt que de la détruire, ce qui est préférable pour les environnements informatiques plus traditionnels. D’autre part, Terraform se concentre sur l’immuabilité, ce qui peut être mieux pour le cloud ou les environnements hybrides.

 

9. Chef

Chef est un autre outil de gestion de configuration open-source qui ressemble davantage à Ansible ou Puppet, un autre outil couramment utilisé par les équipes SRE et DevOps. Chef prend en charge plusieurs plates-formes, telles que Windows, Ubuntu, Solaris, Linux, FreeBSD, etc. Il peut également s’intégrer à des fournisseurs basés sur le cloud, tels qu’Amazon, Google Cloud Platform, Azure et autres. Cependant, contrairement à Ansible, il est basé sur le langage de programmation Ruby, ce qui en fait un choix facile pour les développeurs et les équipes qui sont à l’aise avec le travail dans ce langage. Comme les autres outils dont nous avons discuté, l’objectif de l’un de ces outils est de supprimer autant de travail manuel que possible. Les environnements peuvent devenir complexes et encore plus difficiles à gérer quotidiennement, c’est pourquoi un outil comme Chef peut être une bénédiction pour les équipes SRE et DevOps.

 

Surveillance et analyse

Enfin, un ingénieur en fiabilité de site doit être capable de surveiller ses applications et de compléter sa pile informatique pour garantir une fonctionnalité, des performances et une disponibilité continues. Ces outils de surveillance et d’analyse doivent également être en mesure d’envoyer des alertes immédiates si des applications tombent en panne ou si ces mesures de performance ne respectent pas les seuils prédéfinis. Les SRE disposent d’une variété de solutions et d’outils de surveillance pour s’assurer que les SLA (accords de niveau de service) et les objectifs de niveau de service (SLO) sont toujours à portée adéquate. Examinons les outils et solutions populaires tels que Prometheus, Grafana, Kibana et Dotcom-Monitor.

 

10. Prométhée

Comme beaucoup d’outils de cette liste, Prometheus est un autre logiciel open source utilisé par les ingénieurs en fiabilité du site. C’est l’un des outils les plus populaires avec les SRE car il fonctionne bien avec Kubernetes et dispose d’un ensemble complet de fonctionnalités et de plugins qu’il prend en charge. Prometheus est utilisé pour surveiller et collecter des métriques sur votre infrastructure et vos applications et génère ces données sous forme de tableaux de bord et de visualisations. L’une des principales différences entre Prometheus et d’autres outils de surveillance est que Prometheus utilise sa propre banque de données pour collecter des données sur les métriques qu’il peut surveiller. D’autres outils s’appuient sur une base de données distincte pour extraire les données et les mesures de surveillance; cependant, Prometheus peut s’intégrer à une longue liste d’autres bases de données et de solutions tierces.

 

11. Grafana

Grafana est un outil d’analyse et de surveillance open source utilisé par les SSR pour visualiser les données et les métriques en un coup d’œil. Grafana peut également être configuré avec diverses alertes, de sorte que les équipes ou les individus appropriés peuvent être avertis immédiatement en cas de problème. Les panneaux de tableau de bord peuvent être configurés avec les métriques les plus importantes. Les sources de données prises en charge par Grafana incluent Prometheus, MySQL, Elasticsearch, SQL, AWS (Amazon Web Services) et bien d’autres. Ces tableaux de bord peuvent également être facilement partagés avec d’autres membres de l’équipe en créant et en envoyant via un lien ou même un instantané rapide. Enfin, Grafana prend en charge de nombreux outils que les SRE et leurs équipes utilisent quotidiennement via des plugins, tels que Splunk, MongoDB, Jira, Cloudflare et bien d’autres.

 

12. Kibana

Kibana est un autre logiciel de visualisation de tableau de bord qui est populaire parmi les SSR. Kibana est une application frontale qui est gratuite à utiliser, cependant, elle est propriétaire d’Elasticsearch, et fonctionne en conjonction avec Elastic Stack (anciennement ELK Stack). Kibana dispose d’une pléthore de fonctionnalités et de types de visualisation, tels que des cartes thermiques, des graphiques à secteurs, des graphiques de séries chronologiques, etc. Ces données peuvent également être consultées à travers des cartes géographiques. Comme d’autres outils, ces visualisations peuvent être partagées en toute sécurité avec les membres de l’équipe, les clients, les parties prenantes, etc. Kibana prend en charge de nombreux autres outils, des intégrations tierces et dispose d’une forte communauté d’utilisateurs pour les problèmes techniques et les besoins de support.

 

13. Moniteur Dotcom

Dotcom-Monitor est une plate-forme de surveillance complète utilisée par les organisations pour tout surveiller, des sites Web, des applications Web et des services Web à la visibilité complète de bout en bout de l’infrastructure informatique. La plate-forme fournit aux ingénieurs en fiabilité de site les fonctionnalités dont ils ont besoin pour configurer et personnaliser leurs exigences de surveillance spécifiques. Les équipes peuvent exécuter divers rapports SLA et de performance à la demande, ainsi que des tableaux de bord en temps réel pour garantir des performances continues de l’ensemble de leur pile. Dotcom-Monitor s’intègre également aux plates-formes de communication tierces et aux outils d’alerte utilisés par les équipes DevOps, tels qu’Azure, Slack, PagerDuty, VictorOps et bien d’autres.

Découvrez comment Dotcom-Monitor se compare à d’autres plates-formes de surveillance sur le marché, telles que Uptrends, Site24x7, Datadog et autres.

 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on print
Print